1. DES EMPLOIS PLUS NOMBREUX ET MIEUX REMUNERES

Notre objectif, c'est le plein emploi. Nous voulons lutter plus fortement contre la précarité. Les salariés doivent être protégés. A tout emploi doit correspondre un statut social garanti.

Il faut aussi augmenter le pouvoir d'achat des ménages. La France le peut, son dynamisme économique le permet. Nous voulons plus de justice sociale, dans les salaires et la fiscalité.

La France en a besoin : c'est en soutenant la consommation des ménages, l'investissement et la recherche qu'elle favorisera une croissance saine et durable. Il faut allier la compétitivité nécessaire, le dynamisme économique et la juste répartition des richesses pour créer des emplois.
 
 

Une croissance forte, durable et partagée

Pour tendre vers le plein emploi, la croissance sera le principal moyen de créer des postes de travail, en plus de ceux qui seront libérés par les départs à la retraite.

Elle suppose une demande soutenue et un appareil productif capable d'y répondre. C'est pourquoi nous voulons soutenir l'activité des entreprises quand elles créent, innovent, investissent, notamment dans les nouvelles technologies. Il s'agira notamment d'encourager les investissements dans des projets risqués et d'amplifier l'effort de recherche publique.

Chacun doit retrouver les fruits de la croissance dans sa vie quotidienne à travers une progression du pouvoir d'achat. Nous le ferons en utilisant tous les outils disponibles : les salaires, les prestations sociales, la fiscalité, l'investissement.

> Les socialistes proposent concrètement :

- Une hausse du SMIC en fonction de la croissance

- Au-delà de la prime pour l'emploi, la revalorisation des bas salaires sera soumise à la voie de la négociation collective comme l'objectif d'égalité de salaires entre les femmes et les hommes, à travail égal

- Une revalorisation significative des petites retraites et des pensions de réversion.

- Un effort particulier pour la situation des bénéficiaires des minima sociaux

- Un chèque enfance pour payer les services d'accueil des enfants en dehors du temps scolaire
 
 

Une fiscalité plus juste

- La diminution de moitié de la taxe d'habitation.

- La baisse de la fiscalité indirecte, notamment TVA à 5,5% sur les produits culturels (CD, DVD...) et sur les cafés-restaurants en contrepartie de l'amélioration des salaires et des conditions de travail grâce à un accord entre l'Etat et la profession.

- Une réforme de l'impôt sur le revenu autour de la mise en place progressive de la retenue à la source.
 
 

10 mesures pour 900.000 chômeurs en moins d'ici 5 ans

En 5 ans, la gauche a réduit le nombre de chômeurs de 900 000. Nous nous engageons, d'ici 5 ans, à le faire baisser à nouveau de 900 000. C'est possible. Chacun a droit à un bon emploi et à bénéficier de la dignité au travail. Pour cela, il faut être dur avec la précarité, renforcer la lutte contre les licenciements abusifs, protéger les salariés contre les licenciements collectifs et préserver l'emploi des salariés de plus de 50 ans.

> Les socialistes proposent concrètement :

1. 200 000 contrats de retour à l'emploi pour les chômeurs âgés, aujourd'hui exclus trop tôt des entreprises

Grâce à un suivi personnalisé, chaque chômeur aura accès à un emploi, une formation ou un parcours d'insertion.

2. Un nouveau droit à la formation pour tous

Une seconde chance sera donnée à toutes les personnes qui ont quitté l'école tôt ou sans grande qualification. Une formation longue et payée leur sera proposée au moment où ils le souhaiteront. C'est une nouvelle promotion sociale qui leur sera ainsi offerte.

Un droit à la formation tout au long de la vie sera donné à chaque salarié. Pour que les salariés les moins qualifiés aient enfin accès à la formation comme les autres, pour que chacun puisse progresser dans sa carrière professionnelle, chaque année d'activité donnera droit à des jours de formation rémunérés. La valorisation des acquis permettra de s'appuyer sur l'expérience professionnelle pour améliorer les carrières.

3. Réduire fortement le travail précaire (CDD, intérim) en pénalisant les entreprises qui en abusent par une augmentation de leurs cotisations patronales et en fixant par la négociation collective un seuil maximal dans chaque branche professionnelle.

4. Renforcer la protection des salariés contre les licenciements abusifs ou injustifiés, y compris par des possibilités de réintégration.

5. Limiter les conséquences des licenciements économiques

Un fonds de reclassement sera mis en place pour les PME et les entreprises en liquidation judiciaire dans chaque branche professionnelle

Une aide à la réindustrialisation des sites permettra la reprise rapide d'un maximum de salariés.

6. Faire rembourser les aides publiques perçues par les entreprises qui délocalisent ou qui ne respectent pas leurs engagements

7. Alléger les cotisations sociales sur le travail pour favoriser l'emploi

Pour que le poids des cotisations patronales ne nuise pas à l'embauche, pour que la sécurité sociale désormais universelle soit financée sur l'ensemble de la richesse produite et non sur les seuls salaires, nous transférerons progressivement l'assiette des cotisations patronales sur la valeur ajoutée des entreprises. Il s'agit pour nous de valoriser les entreprises qui embauchent.

8. Soutenir les créateurs et les petites entreprises

Un chèque emploi-salarié, conçu sur le modèle du chèque emploi-service, sera mis en place pour faciliter les embauches et réduire les formalités administratives pour ces entreprises.

9. Réussir partout et pour tous les 35 heures et veiller à leur bonne application

10. Poursuivre le programme "Nouveaux services, emplois jeunes". Nous continuerons d'assurer l'avenir professionnel des 350.000 emplois jeunes créés. Nous continuerons de soutenir les nouvelles activités d'utilité sociale.

Une grande conférence sociale et économique avec le gouvernement, les organisations syndicales et patronales sera réunie dans les toutes premières semaines de la nouvelle législature puis périodiquement chaque année.

Elle aura pour objectif de fixer les priorités sociales et les modes d'application de nos propositions.