5. DES TERRITOIRES HUMAINS : UN PLAN "PRIORITE CITES" ET UNE DEFENSE NOUVELLE DE LA RURALITE

La sur-concentration urbaine et la désertification rurale bouleversent l'équilibre des territoires. Dans les grandes agglomérations, des cités concentrent les difficultés au point qu'elles deviennent des ghettos sociaux, parfois ethniques, où les habitants voient leurs conditions de vie se dégrader. Les territoires ruraux, de leur côté, sont menacés par la dévitalisation, les pertes d'emplois et l'éloignement des services publics. Les socialistes refusent cette déchirure des territoires. Nous voulons construire un développement harmonieux pour tous les territoires, urbains et ruraux, en métropole comme en Outre-Mer.
 
 

"Priorité Cités"

Humaniser les cités, supprimer les ghettos. Pareil objectif nécessite un investissement financier et humain massif. Parce que dans les "cités-dortoirs" des années 1970 se concentrent souvent les injustices et les difficultés, nous proposons un plan d'envergure sur 5 ans pour transformer ces cités en vrais quartiers, dans de vraies villes. Pour qu'il y fasse bon vivre,

> les socialistes proposent concrètement de :

- Démolir 30 000 logements par an et en reconstruire autant. Nous appliquerons strictement la loi qui prévoit la réalisation de 20% de logements locatifs sociaux dans toutes les communes urbaines.

- Engager une politique sans précédent d'équipements collectifs ouverts à tous

Des espaces de convivialité pour tous les âges seront créés dans chaque quartier.

Des équipements sportifs et des lieux culturels dignes de ce nom qui intègrent notamment les nouvelles technologies, seront installés dans chaque quartier. Pour les faire vivre, des éducateurs et des animateurs professionnels seront recrutés.

Nous programmons la création de collectifs locaux "Priorité Cités". Ils réuniront les élus, l'Etat et les principaux acteurs de terrain et seront chargés dans chaque quartier de mettre en œuvre et de suivre les actions à mener.
 
 

Une défense nouvelle de la ruralité

Les territoires ruraux, aujourd'hui en pleine mutation, doivent être revitalisés. Ils ne sont des territoires de vie que s'ils sont animés par des projets.

- Nous engagerons un dialogue volontariste avec les collectivités pour maintenir la présence de l'Etat et des services publics sur tout le territoire.

- Nous encouragerons et accompagnerons les porteurs de projets en milieu rural afin de contribuer au renforcement du tissu social, à l'apport de sang neuf à l'économie, à l'offre de services et à la venue de nouveaux habitants.

L'agriculture reste au cœur de l'économie et de l'animation de la vie rurale. Elle est centrale dans l'entretien de l'espace rural et pour une alimentation de qualité. Les aides doivent être redéployées par rapport à cet objectif.

- Nous favoriserons le maintien et l'installation des agriculteurs, principalement des jeunes, notamment par un meilleur accès au foncier.

- Nous poursuivrons et amplifierons les contrats territoriaux d'exploitation pour garantir une agriculture multifonctionnelle qui prenne en considération la sécurité alimentaire, le développement durable et les particularités de chaque territoire.
 
 

Un contrat de développement durable avec l'Outre-mer

- Dans chaque département et collectivité d'outre-mer, des contrats de développement durable à horizon de 15 ans seront négociés avec les assemblées locales, pour fixer le cap en matière de création d'emplois, de développement économique, de promotion des hommes et des femmes d'Outre-mer, de réduction des inégalités et de protection de l'environnement.

- Dans ce cadre seront notamment mis en œuvre des modalités de continuité territoriale, pour les revenus les plus modestes, le développement des transports collectifs, le déploiement des nouvelles technologies de l'information et un programme ambitieux de logement social. Les emplois aidés seront maintenus, adaptés et complétés pour constituer un véritable secteur d'économie sociale et solidaire.