8. S'ENGAGER POUR UN AUTRE MONDE

Nous souhaitons un autre monde dans lequel la voix de la France serait plus forte, dans lequel l'Europe serait politique et sociale. Nous souhaitons un monde où la mondialisation serait contrôlée et mise au service de l'homme, de tous les hommes. Ce souhait peut et doit devenir réalité.
 
 

Mettre les droits et la solidarité au cur de la mondialisation

Porteuse de développement économique, de métissage culturel, de circulation des idées et des informations, la mondialisation est aussi source d'accroissement des inégalités parce qu'elle est dominée par la logique financière et libérale. Nous voulons mieux la contrôler et nous battre, avec l'Europe, pour imposer d'autres priorités et d'autres règles.

> Les socialistes proposent concrètement des :

- Défendre toujours et partout les droits sociaux, pour les préserver dans les pays industrialisés et pour les renforcer dans les pays en développement.

La France et l'Europe doivent se battre pour une nouvelle hiérarchie des règles internationales et pour la création d'une organisation mondiale de l'environnement. Les droits environnementaux, sociaux et humains doivent être prioritaires par rapport aux droits des affaires et de la concurrence.

A tous les niveaux, les contre-pouvoirs démocratiques, sociaux et culturels (collectivités locales, ONG) doivent être plus présents, plus associés, plus écoutés. Ils doivent permettre le contrôle citoyen de l'organisation mondiale du commerce et des autres organisations internationales.

- Mieux répartir les richesses dans le monde, pour que le développement soit plus durable et solidaire

Grâce à une taxation des mouvements de capitaux dans l'esprit de la taxe Tobin, de nouvelles recettes seront affectées aux pays du tiers monde. Elles seront consacrées en priorité à l'accès aux biens publics mondiaux : l'eau potable, les médicaments, l'éducation...

Grâce à la lutte contre les paradis fiscaux, l'argent de la drogue et du crime ne pourra plus être blanchi.

- Faire émerger un monde multipolaire.

La France encouragera les pays qui s'uniront dans le cadre d'ensembles régionaux à l'image de l'Union européenne. L'Europe doit entretenir des relations privilégiées avec des ensembles comme le Mercosur (Brésil, Argentine...) ou d'autres à venir.

L'Europe doit enfin parler d'une seule voix dans les instances internationales et jouer un rôle plus grand dans le règlement des conflits.
 
 

Solidarité Nord-Sud

L'extrémisme, le fanatisme, le terrorisme se nourrissent des inégalités et de la misère. La solidarité ne doit pas s'arrêter à nos frontières. Aider les pays du Sud est une exigence morale et une condition de la paix alors que le continent africain continue de s'enfoncer dans la misère.

- La France doit poursuivre et promouvoir en Europe l'annulation de la dette des pays du tiers-monde.

En s'assurant que l'aide est consacrée à l'éducation, à la santé, au logement des populations et non à l'enrichissement de certains dirigeants corrompus, on soutient la paix et le développement dans les pays du Sud. On répond ainsi largement à la question des flux migratoires vers les pays du Nord, car partir, quitter son pays n'est jamais un plaisir mais simplement souvent la seule façon de survivre.

- La France portera à 0,7% de son PIB le montant de son aide au développement. Elle devra montrer l'exemple notamment en direction des pays auxquels une histoire commune la lie.

- Un arc méditerranéen doit être construit.

L'Europe doit regarder davantage vers le Sud et contribuer financièrement à son développement grâce à un grand emprunt. L'élargissement nécessaire de l'Europe vers l'Est ne doit pas faire oublier le rôle particulier que peuvent jouer les pays méditerranéens dans la coopération entre l'Europe et l'Afrique ou le Proche-Orient.